Apprenez à faire des remèdes à base de plantes médicinales

Vous voulez apprendre à fabriquer vos propres remèdes naturels sur la base de ce que vous fourni directement la nature ? De nombreuses personnes s’intéressent aux remèdes naturels, et la meilleure façon de le faire est d’apprendre à les fabriquer soi-même ! Dans cet article, nous allons aborder certaines des recettes les plus populaires que beaucoup de gens aiment faire eux-mêmes.

Comment trouver les ingrédients pour faire des remèdes maison ?

Pour fabriquer des remèdes les plus naturels possibles, vous allez avoir besoin de quelques ingrédients de base ! Il y a plusieurs façons de les acquérir.

remedes plantes

Tout d’abord, de nombreuses personnes aiment faire pousser leurs propres plantes. C’est un excellent moyen d’économiser de l’argent et de vous assurer que les ingrédients seront frais et propres pour faire vos remèdes maison.

Vous allez aussi pouvoir trouver certains des ingrédients indispensables dans les commerces à proximité de chez vous. Cependant, vous ne pourrez pas toujours trouver l’herbe exacte dont vous avez besoin pour un remède spécifique, sans compter que cela peut être cher !

Une autre excellente option consiste à acheter vos produits en ligne. Il existe de nombreuses entreprises qui vendent des herbes biologiques séchées ou fraîches sur leur site Internet.

Vous trouverez ici un bref aperçu de ce qu’il est possible de faire grâce aux ingrédients naturels. Si vous voulez vous renseigner plus en détails, il y a des sites internet comme Prends en Soin qui ont de nombreux articles sur la naturopathie ou la lithothérapie notamment.

Une fois que vous aurez testé différentes recettes, vous saurez quels ingrédients reviennent régulièrement et sont donc incontournables dans votre cuisine.

Les remèdes naturels contre la toux 

Si vous toussez, il vous sera difficile de vous reposer et de vous rétablir rapidement. En effet, la toux empêche vos poumons de se gonfler correctement, ce qui fait qu’ils ne se régénèrent pas aussi rapidement que d’habitude.

Pour remédier à ce problème, essayez de préparer un remède maison contre la toux qui va à la fois arrêter le chatouillement dans votre gorge mais aussi apaiser d’autres irritations causées par la toux.

Pour un remède naturel contre la toux, vous allez donc avoir besoin de :

  • une cuillère à soupe de vinaigre de cidre de pomme
  • un volume de miel
  • deux volumes d’eau
  • quelques gouttes de jus de citron

Combinez ces ingrédients dans un bocal ou une bouteille puis secouez avant d’en prendre une cuillerée à chaque fois que vous avez envie de tousser.

Une autre façon de préparer ce remède contre la toux consiste à faire bouillir du vinaigre de cidre de pomme, du miel et des écorces d’orange dans de l’eau pendant environ 30 minutes tout en remuant de temps en temps ! Ensuite, retirez du feu et laissez refroidir avant de filtrer. Prenez une cuillère à soupe au besoin jusqu’à ce que vos symptômes aient disparu.

Les remèdes naturels contre le rhume 

Le rhume est un autre mal très courant chez bon nombre d’entre nous. Cela se produit lorsque le système immunitaire du corps combat certaines bactéries étrangères, mais il n’est pas capable de les détruire complètement avant qu’elles ne se propagent et rende malade !

Vous pouvez essayer de préparer un remède à base de plantes contre les symptômes du rhume en faisant bouillir de l’eau et en ajoutant :

  • de la racine de gingembre (une cuillère à café),
  • des feuilles de thé vert (deux cuillères à café),
  • du jus de citron (une cuillère à café),
  • et du miel (une cuillère à soupe).

Laissez le mélange infuser pendant 15 minutes avant de le retirer du feu. Filtrez, ajoutez un peu d’eau si nécessaire et buvez pendant qu’il est encore chaud !

Ce remède est génial car l’ail a des propriétés antibactériennes qui combattent les virus, tandis que le jus de citron aide à dégager la gorge du mucus !

Une autre option que vous pouvez essayer est de prendre une gousse d’ail, de peler sa peau et de la couper en petits morceaux. Mettez-la ensuite dans un verre d’eau et laisse infuser pendant une demi-heure avant de boire tout le mélange.

Les remèdes maison contre la grippe

Si vous voulez préparer un remède à base de plantes contre la grippe, essayez de préparer ce mélange :

  • une cuillère à soupe de racine de gingembre hachée
  • trois cuillères à soupe de miel dans une demi-tasse d’eau.

Faites bouillir le mélange jusqu’à ce qu’il réduise d’environ 30%, retirez du feu et laissez refroidir avant de boire !

Voici une excellente alternative :

  • préparez une infusion à la camomille
  • ajoutez une cuillère à soupe de gingembre
  • ajoutez une cuillère à soupe de cannelle
  • Laissez le mélange infuser pendant 15 minutes avant de le boire encore chaud !

Remède pour soulager une migraine ou un mal de tête intense

Si vous avez une migraine ou un mal de tête sévère, essayez de préparer un remède à base de plantes pour soulager ces symptômes.

La meilleure option est de préparer un thé au basilic ! Une façon simple de le faire consiste à ajouter une cuillère à soupe de feuilles de basilic séchées dans une demi-tasse d’eau bouillante. Laissez le mélange infuser pendant cinq minutes avant de le boire encore chaud, sans ajout de sucre ou de miel !

Une autre possibilité est de préparer un thé au romarin en ajoutant une demi-cuillère à soupe de feuilles de romarin séchées à une tasse d’eau bouillante. Laissez infuser pendant cinq minutes et ajoutez du miel ou du citron. Ce remède à base de plantes aidera aussi à soulager les douleurs musculaires et à détendre les muscles.

Conclusion

Nous espérons que vous avez apprécié cet article sur la fabrication de vos propres remèdes naturels ! Nous vous invitons à laisser un commentaire ci-dessous pour toute question, commentaire ou réaction.

Aussi, si vous avez déjà fait certaines de ces recettes et que vous les avez aimées, merci de partager la recette dans les commentaires pour que d’autres puissent en profiter également. Et s’il existe d’autres remèdes de santé populaires que nous n’avons pas abordés ici, faites-le nous savoir ! Notre équipe est toujours heureuse d’entendre parler des nouvelles façons dont les gens prennent soin d’eux naturellement.

Croyances de son enfance : comment s’en libérer ?

C’est psychologique, l’adulte que nous sommes est le résultat de nos vécus et acquis durant notre enfance. Nous avons été façonnés par notre entourage qui nous a transmis consciemment ou inconsciemment leurs croyances. Ce sont ces fameuses croyances, souvent dites limitantes, qui conditionnent notre future vie d’adulte.

Alors, qu’est-ce qu’une croyance limitante ? Et surtout, comment mieux les identifier et s’en débarrasser définitivement ?

Qu’est-ce qu’une croyance, d’où vient-elle ?

Une croyance peut-être définie comme l’acceptation par l’esprit d’une chose ou une proposition comme étant une réalité ou une vérité, et ce, en l’absence d’une certitude attestée par une preuve.

Nos croyances naissent de nos expériences passées, figées dans notre esprit d’enfant. Elles nous ont été transmises par nos parents, nos amis, notre éducation et même par les médias. Bref par tous ceux qui nous ont entourés étant enfants et qui nous ont marqués.

Nos croyances impactent notre attitude et nos comportements, on peut ne pas être conscient de leur existence, mais leurs impacts sur notre vie sont pourtant bien tangibles.

D’un côté, il y a les croyances aidantes qui nous poussent à grandir et à nous épanouir. Et de l’autre côté, il y a les fausses croyances ou croyances limitantes qui au contraire nous asservissent et nous limitent.

Lorsque nous sommes encombrés de ces fausses croyances, il devient décisoire de se libérer de son enfance et de reprogrammer son système.

Identifier les croyances limitantes

Pour pouvoir se débarrasser de ces fausses croyances, il faut d’abord les identifier. Lorsqu’une croyance nous entrave et devient un obstacle qui nous empêche d’atteindre notre objectif, elle alors limitante.

Pour pouvoir identifier vos croyances limitantes, il faut définir un but précis, savoir ce que vous voulez vraiment. Lorsque vous aurez défini ce que vous désirez vraiment, réfléchissez à toutes les choses qui pourraient vous empêcher d’atteindre ce but. Les croyances limitantes se manifesteront alors par cette petite voix à l’intérieur de vous. Elle vous dira que vous n’êtes pas assez intelligent pour cet objectif. Ou alors, que dans la vie, vous ne pouvez pas tout avoir. Ou encore, que si tout va bien, un malheur finira par arriver.

Les croyances limitantes sont tout ce qui vous draine votre énergie pour ne vous en laisser que très peu, voire pas du tout pour atteindre votre objectif santé.

Se débarrasser des croyances limitantes

Les croyances sont des opinions des autres que nous avons acceptés et que nous avons ensuite adoptées comme étant notre pensée. Cette pensée, nous l’avons installé dans notre esprit et est devenue une croyance.

Par conséquent, il est tout à fait possible de se débarrasser des fausses croyances en se créant des nouvelles. Grâce à l’affirmation et à l’alignement de nos actions et de nos pensées, nous pouvons reconditionner notre esprit.

Par exemple pour se débarrasser de la croyance « Heureux en argent, malheureux en amour », vous pouvez choisir de croire que vous méritez d’être heureux dans tous les domaines. Avec l’affirmation et la visualisation quotidiennes, cette pensée s’installera dans votre esprit pour devenir une croyance.

Transformer les croyances limitantes en objectifs

Les croyances résultent de notre limite de connaissances qui nous poussent à croire les autres personnes que nous considérons plus initiées. Nos croyances s’installent lorsque nous ne sommes pas capables de répondre à la question « Comment. » Et inconsciemment, nous alimentons ces croyances par nos actions.

Lorsqu’une personne ne sait pas accomplir une tâche particulière, il est plus facile pour elle de « croire » qu’elle est incapable de réaliser cette tâche.

En nous posant la question comment, nous pouvons nous débarrasser de cette croyance et de la transformer en objectif.

Exemple : « Je ne suis pas assez intelligent pour réussir » devient « Comment développer mon intelligence ? »

Comment prendre soin de la peau de bébé ?

La peau de bébé est à prendre avec le plus grand soin. Le coton et la laine sont les matières à privilégier pour les bébés. À condition que leurs vêtements ne soient pas imprégnés de produits chimiques. Privilégiez si possible les tissus biologiques. Le coton industriel utilise du chlore et agents chimiques, et les teintures des tissus nécessitent du plomb ou du chrome. Pour ne pas affecter la peau d’un bébé, évitez, dans la mesure du possible, les produits chimiques. Ce sera un joli cadeau bébé, en effet, lui aura une peau douce et vous parentes, serez rassurés.

La lanoline provoque des démangeaisons et des risques d’allergies dans certaines laines. Préférez la laine d’agneau ou d’alpaga.

Les dessous des couches, choisir le meilleur pour la peau de bébé

Renseignez-vous sur les composants chimiques inscrits sur les packs de couches. Après la prise de connaissance des informations, vous opterez sans plus tarder pour des modèles écoresponsables.

Les fabricants de couches écoresponsables utilisent de la canne à sucre et l’amidon de maïs. Une fabrication sans pesticides, allergènes et autres colorants.

Les couches écoresponsables sont dotées de fibres synthétiques, dont les tests dermatologiques rassurent sur leurs propriétés. Débarrassées de substances nocives, les couches sont hypoallergéniques et confortables. De plus, elles sont d’une grande résistance et ultra-absorbantes.

Les soins du visage et du corps pour la peau de bébé

Il n’est pas nécessaire que vous utilisiez une crème spéciale aux pouvoirs extraordinaires, si la peau du bébé n’est pas irritée ou n’a pas d’autres soucis. Pour son visage de nouveau-né, un coton doux bio imbibé d’un peu d’eau tiède, ou quelques gouttes de sérum physiologique, suffit à nettoyer sa peau douce sans l’irriter.



Vous devez nettoyer le bébé avec une eau nettoyante si il s’est sali plus que la normale. En été, un brumisateur d’eau thermale lui fera le plus grand bien. Refusez le coton-tige et préférez des compresses stériles de gaze avec du sérum physiologique pour les oreilles, les yeux et le nez.

Pour le corps, si vous choisissez un lait de toilette, prenez le plus simple. Il ne doit contenir que des corps gras et des agents hydratants, dans le but de nourrir et d’apaiser sa peau. Appliquez avec du coton ce lait de toilette, sans rinçage. Le film protecteur du produit protègera son épiderme sur la durée.

L’érythème fessier

Provoqué par l’humidité, les frottements de la couche, le contact de la peau avec les selles et l’urine, l’érythème apparaît sous forme de rougeurs. Afin de prévenir cette épreuve douloureuse, utilisez un mélange de glycérine, d’Aloe Vera, de cire d’abeille, d’eau florale et d’huile d’amande douce. Appliquez ensuite une crème pour le change qui calme les irritationsjusqu’à la disparition des rougeurs.

L’eczéma

Pour ce problème de peau souvent héréditaire appelée aussi dermatite atopique, cela commence dès le plus jeune âge (dès les 3 premiers mois). L’eczéma se présente sous la forme de sécheresse cutanée, rougeurs, démangeaisons et croûtes… Vous devrez alors le traiter avec des soins émollients deux fois par jour. Ces soins renforcent l’épiderme et limitent le dessèchement de la peau. Prenez rendez-vous avec votre dermatologue afin qu’il établisse une ordonnance correspondant au type de peau de votre bébé. N’hésitez pas non plus faire un cadeau bébé afin que cette épreuve soit moins difficile pour lui.

Le rire est le meilleur remède

Le neurologue parisien Henri Rubinstein a déclaré que le rire est “une réaction corporelle involontaire à une émotion perçue comme agréable”. Le soi-disant “réflexe de luxe”, réservé aux humains, ne sert donc qu’à réduire le stress. Il n’a pas d’autre fonction biologique.

le rire est le meilleur remède

Rire d’un point de vue biologique

En riant, nous ouvrons la bouche car la fréquence respiratoire se multiplie. Nous respirons plus profondément et plus longtemps lorsque l’expiration est courte. Les muscles pectoraux ainsi que le diaphragme, également un gros muscle, sont activés. Cela crée la condition préalable à un échange accru de gaz dans les poumons et augmente considérablement la capacité respiratoire. Sur les intestins, la tension du diaphragme exerce une sorte de massage qui à son tour a un effet bénéfique sur l’activité intestinale. Puisque le rire stimule également les muscles lisses involontaires, les bronches se dilatent, ce qui améliore la ventilation des poumons. Presque tout le volume d’air dans les poumons est expulsé en saccadé de façon intermittente. Cela affecte également le larynx, qui active les cordes vocales. 

En raison de l’intensification des échanges gazeux dans les poumons, le sang s’accumule avec l’oxygène. Les chercheurs ont découvert qu’il est important pour les processus de combustion dans le corps. Ils ont établi que le métabolisme des graisses et l’excrétion du cholestérol sont influencés favorablement. Le dioxyde de carbone, est complètement expulsé pendant la respiration, c’est un déchet de ce processus de combustion. L’air dans les poumons est presque complètement vidé. L’échange de gaz pendant le rire est trois à quatre fois plus élevé qu’au repos. Les voies respiratoires supérieures sont également libérées, comme la toux, par des sécrétions gênantes.

Beaucoup de gens respirent trop court et trop peu profond. La respiration superficielle exhale trop de dioxyde de carbone et provoque une alcalose respiratoire. Cette alcalose, qui perturbe l’équilibre acido-basique, est responsable de l’hyperacidité neuromusculaire. Le rire en revanche approfondit la respiration, ce qui combat ce déséquilibre et réduit l’anxiété. Vous trouverez plus de détails sur ce blog santé et bien être.

Production de bonheur en riant

En 1953, le neurophysiologiste Olds découvrit le centre du plaisir dans le cerveau, le système limbique. De ce système émane des sentiments tels que la colère et l’agression. La transmission de ces réactions émotionnelles est réalisée par l’intermédiaire de neurotransmetteurs du système neuro-végétatif dont l’activité est augmentée ou diminuée par certaines hormones ou neuromodulateurs. Ceux-ci incluent les endorphines, souvent appelées «hormones du bonheur» et les encéphalines. Le neurologue américain William Fry a découvert qu’un rire intense entraînait une réduction des hormones du stress, telles que les corticoïdes et les catécholamines. Le rire fabrique de l’endorphine selon certaines preuves récentes. Mais c’est peut-être l’une des raisons pour lesquelles les rires fréquents ont également un impact psychologique positif: les gens qui rient beaucoup,

Activation du système immunitaire par le rire

Le chercheur américain James K. Walsh, spécialiste du sommeil, a découvert en 1928 que la résistance du système immunitaire est accrue lorsqu’une personne riait fréquemment. Une nouvelle recherche sur le rire a confirmé cette hypothèse. Diverses substances immunitaires sont encore élevées pendant des heures après une attaque de rire, le nombre de lymphocytes T augmente, l’activité et le nombre de cellules NK sont augmentés et les anticorps de la classe d’immunoglobuline A se multiplient. Le gamma-interféron, qui libère les cellules pour lutter contre une infection virale, est également de plus en plus détectable dans le sang après de nombreux éclats de rire. Ces réactions immunitaires peuvent expliquer pourquoi les personnes heureuses qui ont une attitude positive à l’égard de la vie risquent moins de tomber malades.

Stress et rigoler

Une réaction de stress est contrôlée de manière centrale et stimule clairement les systèmes respiratoire, circulatoire, cardiaque et musculo-squelettique. Le stress n’est pas fondamentalement dangereux. Cela ne devient un problème de santé que lorsqu’il atteint un état permanent. Il est crucial que les zones touchées du système nerveux autonome ne soient pas constamment stimulées, mais la tension est régulièrement interrompue ou décomposée. C’est le cas lorsqu’il s’agit d’une relaxation émotionnelle et musculaire puissante. Il y a beaucoup de façons de provoquer cet état de relaxation. Le rire est l’un d’entre eux.

Cependant, seul un rire intense qui dure plus longtemps permet cette relaxation apaisante. Parce que l’effet du rire est paradoxal: le rire déclenche d’abord la réaction au stress. À court terme, la fréquence cardiaque augmente, la pression artérielle augmente en conséquence, de sorte que l’on peut parler d’un effet de choc. Après quelques minutes, une phase de relaxation prolongée s’installe: le rythme cardiaque ralentit et reste faible. Cela détend les muscles des artères, ce qui augmente le volume vasculaire: la pression artérielle est ainsi réduite à long terme.

Rire comme un analgésique

Les muscles squelettiques sont également initialement tendus en riant pour se détendre progressivement de façon permanente. Ce n’est pas le moins important pour le traitement de la douleur, car de nombreuses douleurs sont associées à une tension musculaire soutenue. On pense également que le rire atténue la sensibilité à la douleur. Paul McGhee, un pionnier de la recherche sur le rire et la santé, a constaté que le seuil de douleur s’élevait lorsque les sujets visionnaient une vidéo amusante. Dans l’ensemble, rire est un bien sain. Il libère des pouvoirs d’auto-guérison que nous utilisons trop peu dans la vie quotidienne. Toute personne qui décide consciemment de rire de façon intensive peut donc entamer un processus positif pour sa santé.

L’arthrose, causes et traitements naturels

L’arthrose également appelée rhumatismesest une maladie articulaire, elle se traduit par une destruction du cartilagelié à leur usure et au vieillissement, bien que cette maladie ne se guérit pas, des solutions existent pour soulager les symptômes et la douleur et ralentir le processus dégénératif.

L’arthrose c’est quoi ?

arthrose

Il s’agit de la maladie articulaire la plus connue et la plus répandue. Selon nos informations médicales elle touche le cartilage et s’étend à toutes les structures autour de l’articulation (os, tissu synovial etc.)

Situé à l’intersection entre les os, le cartilage tapisse l’extrémités osseuses de l’articulation. Avec l’âge et en fonction de d’autres facteur, le cartilage pert de son épaisseur, fini par se fissurer et disparaitre totalement. Ainsi, que naisse les douleurs et s’en suit une perte de mobilité et d’autres problème indirectement lié à l’arthrose.

Parmi les formes les plus fréquentes, on la retrouve aux cervicales (responsable des problèmes de nuque), aux lombaires (de mal dans le bas du dos), aux doigts (déformations), à la hanche, du genou mais aussi celle de l’épaule, du coude, et l’arthrose du pied/chevilles. Ce sont les femmes qui sont les plus atteintes par cette pathologie, jusqu’à 3x plus que les hommes. Il s’agit de l’une des principales causes de la perte d’autonomie des seniors et personnes âgés. Retrouvez plus d’infos sur l’arthrose ici

Quels sont les symptômes de l’arthrose ?

Les symptômes principaux sont des douleurs et des raidissements au niveau des articulations. Les douleurs les plus intenses se font ressentir au moment du réveil. Ensuite, les articulations sont crispées et ont besoin de s’échauffer avant que le pic de douleur s’estompe. Enfin, les douleurs peuvent également se faire ressentir après un exercices physique intense ou soutenu.

Cette maladie peut évoluer en plusieurs épisodes, il y a des haut et des bas, des périodes de douleurs intense et des périodes d’accalmies, cela varie en fonction de chaque individu.

Quels sont les causes de l’arthrose ?

Les chercheurs n’ont pas totalement identifiés les causes de cette maladie. Ils ont identifié plusieurs facteurs aggravant : l’âge ou une surcharge au niveau des articulations (surpoids, diabètes, génétique, etc.).

Voici les principales causes identifiées :

  • Le vieillissement (âge)
  • La génétique
  • Des mouvements répétitifs
  • Des surcharges au niveau des articulations (poids, intensité)
  • La manque d’activité physique

Les différents types

Il y a 2 types d’arthrose connues :

La primaire quand les facteurs favorisants ne sont pas directement en relation avec une lésion articulaire.

L’arthrose secondaire quand le cartilage de l’articulation est endommagé par un traumatisme ou une autre maladie.

L’arthrose primaire, les facteurs favorisants :

Le sexe et les hormones : les professionnels ont constaté que les hormones féminines (œstrogènes) joueraient un rôle de protection. Ensuite, l’arthrose des genoux et de la main est bien plus fréquente chez les femmes de plus de 65 ans.

La génétique : Il à été constaté que certaines formes localisés essentiellement au niveau de la main et du genou était plus présente dans certaines familles.

Le métabolisme : Certains facteur comme le métabolisme peut être déterminant au niveau du genou car le poids va surcharger l’articulation.

L’arthrose secondaire, les maladies associées​ :

Les maladies articulaires et inflammatoires : la polyarthrite peut user et endommagé en partie ou complètement l’articulation.

Les maladies rares : La maladie de Wilson, l’hémochromatose ou l’ochronose sont des maladies dites de surcharges qui accumule des molécules au niveau des articulations, ce qui entraine l’arthrose.

Les antécédents traumatiques : Les fractures ou luxations ou des traumatismes moins important sont susceptible d’augmenter de risque d’arthrose.

Les solutions naturelles

Enfin, les solutions naturelles qui soulagent les douleurs et ralentissent la progression de l’arthrose, on retrouve :

  • La perte de poids(pour soulager la charge au niveau articulaire)
  • La cure thermale (pour soulager les pics d’arthrose)
  • L’acupuncture (pour l’arthrose du genoux)
  • Le tapis d’acupression ou « tapis de fleurs » (pour soulager les douleurs)
  • Les huiles essentielles (en général)
  • Les compléments alimentaires (en général)

Défibrillateur : 1 minute gagnée, c’est 10 % de chances de survie en plus

Le défibrillateur est un appareil indispensable en cas de problème. Antécédents médicaux, noyade ou encore accident de la route : notre routine quotidienne peut parfois cacher des dangers insoupçonnés.

Un arrêt cardio-respiratoire peut survenir quelle que soit la condition physique, l’âge ou le sexe des victimes. Si une telle situation est loin d’être souhaitable, il convient de s’informer. Les solutions qui permettent d’augmenter autant que possible les chances de survie des personnes accidentées sont à connaitre.

C’est le cas d’une pratique médicale courante appelée choc électrique externe (CEE), plus communément désigné par le terme ” défibrillation “.

defibrillateur

Les origines de la défibrillation

Vers la fin du XVIIIe siècle, des médecins réalisent la réanimation avec de l’électricité pour la première fois. Au fil des décennies, le corps médical réalisera plusieurs expériences scientifiques dans ce sens. Ils réaliseront les expériences sur les animaux, afin d’élaborer un appareil dédié à la réanimation.

Lorsque cette technique fit ses preuves, les premiers appareils furent conçus et mis a disposition du personnel médical. Ces derniers étaient particulièrement volumineux et pesaient parfois pas moins de 70 kg.

Cependant, les industriels ont progressivement adapté le matériel aux besoins du personnel, notamment en ce qui concerne la facilité de transport. De nos jours, les défibrillateurs font un peu moins d’une demi-douzaine de kilogrammes.

Aujourd’hui, il existe plusieurs types de défibrillateur. Ils diffèrent en fonction des qualifications des personnes qui seraient amenées à les utiliser.

Principe d’utilisation

En présence d’une victime en état d’arrêt cardiaque voici ce qu’il faut faire. Il convient tout d’abord de suivre quelques règles avant même d’avoir recours au défibrillateur. En premier lieu, il faut assurer que les signes d’arrêt cardiaques sont bien présents. La perte de conscience, ainsi qu’une respiration haletante ou non-existante sont des signes distincts.

Ensuite, il faut contacter les secours le plus rapidement possible. Procéder ensuite au massage cardiaque en attendant la pose du défibrillateur, lorsqu’il est disponible et accessible. Généralement, les professionnels utilisent un défibrillateur automatique.

Après l’avoir activé, il faudra amener la victime en lieu sûr et préparer son thorax (rasage si nécessaire, séchage…). Une fois l’appareil posé, il détecte automatiquement si le choc est nécessaire. Il donne ensuite les instructions vocales adéquates.

Si le cœur repart, il faut laisser l’appareil branché et faire du bouche-à-bouche jusqu’à la reprise de respiration. Dans le cas contraire, l’appareil détecte automatiquement si un nouveau choc est nécessaire.

Si la respiration reprend un rythme normal, il faut placer la victime en Position Latérale de Sécurité (PLS). Enfin, les secours arrivent sur place et peuvent prendre le relais dès leur arrivée.

Les types de défibrillateur disponibles sur le marché

Le défibrillateur manuel est conçu afin d’être utilisé par tout le monde. IL est possible de s’en servir que vous soyez des individus travaillant dans le secteur médical ou autre personnel qualifié. Cet appareil est à distinguer du défibrillateur automatique. Il indique des informations médicales telles que la nécessité de réaliser le choc électrique. Il permet aussi de connaître le tracé cardiaque de la victime.

Le personnel médical doit s’assurer que l’utilisation de cette méthode de réanimation est justifiée. Le produit du moment, le défibrillateur automatique (DEA), est disponible dans certains endroits publics. Toute personne, secouriste ou non, peut y avoir accès en cas d’accident nécessitant l’utilisation d’un défibrillateur.

Sa particularité réside dans le fait qu’il s’agisse d’un système qui facilite le processus grâce à l’intégration d’une voix automatique. La voix rappelle les mesures de sécurité tout en accompagnant l’utilisateur.

Cependant, il est important de préciser que ces appareils ne sont pas conçus pour la réanimation des enfants : la victime doit être adulte. Enfin, le défibrillateur semi-automatique (DSA) nécessite le placement des électrodes et l’activation de l’appareil en appuyant sur un bouton.

Accessible, facilement transportable, intuitif : de nombreux marchés proposent ces appareils qui sont de véritables produits du moment en termes de secourisme.